Heinrich Fischer
Ce que personne au sein de l’UE ne comprend: pourquoi, dans une Suisse AUTONOME, nous avons pu voter sur six semaines de vacances pour tous et nous avons dit NON. Heinrich Fischer, Président du Conseil d'administration

Déjà 16153 personnes sont préoccupées par l'accord-cadre

16153+ 20000
Markus Annette Gregor Myriam
Déjà plus de 1466 membres sont favorables à un nouveau départ pour l'accord-cadre.

Nous nous engageons:

  • à emprunter des voies pluralistes et constructives dans les thématiques politiques et sociales, notamment dans les relations entre la Suisse et l’UE;
  • en faveur de bonnes conditions-cadres et d’une cohésion sociale avec et pour notre prochaine génération;
  • en faveur d’une Suisse ouverte sur le monde, indépendante, libérale et fidèle aux principes de la démocratie directe, consciente de sa position géographique et de son importance en Europe, qui cherche justement pour ces motifs à renforcer ses liens avec l’Europe et avec le monde sur le plan de l’économie, de la politique, de la formation, de la science, de la société et de la culture;
  • en faveur de nouvelles solutions en matière de politique européenne, à même d’établir un équilibre entre l’auto-détermination d’une part, et l’ouverture et les relations productives avec l’UE d’autre part. Cela avec la conviction que cet objectif ne pourra être atteint en renégociant l’accord institutionnel;
  • en faveur des accords bilatéraux I et II et de leur développement sur un pied d’égalité avec la communauté des États européens;
  • en faveur du développement de la communauté européenne de l’économie et des valeurs. Compte tenu de notre importance en Europe et de notre force économique, nous réalisons des versements de solidarité importants;
  • en faveur des meilleurs accords possibles sur un pied d’égalité avec l’ensemble de nos partenaires commerciaux. Nous souhaitons ainsi construire et entretenir un vaste réseau de relations commerciales à travers le monde.
Myriam Locher
Nous devons refuser l’accord-cadre actuel, car il menace nos chances de développer tout notre potentiel. Nous devons également montrer à l’UE que nous sommes un partenaire digne de confiance. En tant qu’entrepreneuse et Suissesse de l’étranger, j’entretiens des liens aussi étroits avec notre pays qu’avec le reste du monde. Il est désormais plus que temps de s’engager sur le plan politique. Myriam Locher, Fondatrice et CEO, Bettermind

Nous rejetons l’accord-cadre, car:

  • il fait de la Suisse un «membre passif» de l’UE sans possibilité de s’exprimer en raison de la reprise factuellement automatique du droit.
  • il prévoit avec la CJUE comme instance suprême une procédure de règlement des différends inacceptable. Ce qui signifie que le tribunal de la partie adverse prononce des décisions exécutoires auxquelles la Suisse doit se soumettre;
  • il est contraire à notre système d’état bien équilibré et limite des droits populaires importants;
  • il prévoit une clause de révision et une super-clause guillotine permettant à l’UE de changer à tout moment les règles du jeu et leur champ d’application et d’ainsi exiger de la Suisse des concessions substantielles;
  • même un futur accord de libre-échange (ALE) lui serait subordonné. L’ALE constitue la dernière ligne de défense au cas où la voie bilatérale qui a porté ses fruits avec des dispositions d’accès au marché se solderait par un échec;
  • il crée les conditions-cadres qui exigeraient de la Suisse un alignement strict sur Bruxelles dans les questions de politique économique extérieure;
  • avec les accords bilatéraux I et II ainsi qu’avec l’accord de libre-échange de 1972, nous disposons d’un ensemble d’accords sur mesure conclus avec l’UE.
Kurt Aeschbacher
Le contrat-cadre, avec toutes ses clauses et son langage juridique, représente une sorte de boîte noire pour la plupart de nos concitoyens. Et pour moi. J’ai cependant compris une chose: actuellement, l’UE peut recourir à la clause guillotine pour nous menacer de résilier ses accords bilatéraux existants et futurs avec notre pays. Cela nous exposerait à un risque de chantage et, à mes yeux, il s’agit d’une violation claire de notre souveraineté. Je pense que nous avons autant besoin de l’UE qu’elle a besoin de nous. Mais nous devrions pouvoir négocier d’égal à égal. Kurt Aeschbacher, Journalist und Unternehmer

La boussole peut et doit à nouveau être réglée: de nouvelles idées sont nécessaires

La problématique essentielle de l’adoption de facto automatique du droit de l’UE et du rôle de la CJUE ne peut, comme on se l’imagine dans certains cercles, être résolue à l’aide de «clarifications» et de «lettres annexes» diplomatiques. Pour Boussole / Europe, même des renégociations de quelque nature que ce soit ne seraient être une option. Le principe même de l’accord-cadre est mal pensé et comprend en son cœur de sévères «défauts de construction». C’est pourquoi nous avons besoin désormais d’un nouveau départ dans la politique européenne et de nouvelles idées de solutions qui ne soient pas simplement avalées par la Suisse, mais qui offrent aux deux parties une véritable valeur ajoutée, sur un pied d’égalité.

Loin des solutions sans issue et incapables de rallier la majorité comme l’actuel accord-cadre, il s’agit de créer un forum au sein duquel les experts auront la possibilité de développer de nouvelles idées hors du cadre strictement institutionnel.

Nous sommes convaincus que

  • avec les meilleurs talents issus de l’économie, de la société et de la politique suisse, il est possible d’atteindre,
  • en coopération avec l’UE et ses représentants bienveillants à notre égard,

de nouvelles solutions solides, sans les inconvénients de l’actuel «accord-cadre institutionnel». Venez découvrir qui se cache derrière Boussole / Europe

Diese Website verwendet Cookies, um Sie beim individuellen Navigieren zu unterstützen. Durch die Benutzung dieser Website erklären Sie sich einverstanden, dass wir Cookies im Einklang mit der Erläuterung in unserer Datenschutzerklärung verwenden. Bitte lesen Sie unsere Datenschutzerklärung, um mehr darüber zu erfahren, wie wir Cookies verwenden und wie Sie Cookies verwalten können.

Accepter